Des réseaux et un centre de ressources agricole et rural

ANIMATION

 

Votre contact :
Elsa Ebrard,
Déléguée régionale Nouvelle-Aquitaine,
Tél. : 06 79 86 51 19,
e.ebrard@trame.org

 



 

 

Votre contact :
Elsa Ebrard,
Déléguée régionale Nouvelle-Aquitaine,
Tél. : 06 79 86 51 19,
e.ebrard@trame.org

 

 

Votre contact :
Antoine Carret, Délégué régional
AuRA
Tél. : 06 82 81 01 93, a.carret@trame.org

 


 



 

 

Votre contact :
Kim Deslandes, Formatrice,
Tél. : 06 60 10 75 43,
k.deslandes@trame.org

 



 

Votre contact :

Ebrard Ebrard, Déléguée régionale en Nouvelle-Aquitaine,
Tél. : 06 79 86 51 19, e.ebrard@trame.org

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Votre contact :
Antoine Carret, délégué régional en Auvergne-Rhône-Alpes,
Tél. : 06 82 81 01 93 -
a.carret@trame.org

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Votre contact :
Elsa Ebrard, déléguée régionale en Nouvelle-Aquitaine,
Tél : 06 79 86 71 19,
e.ebrard@trame.org

 

 

 

 

Animer en distanciel : Trame forme les animateurs des Cuma

Les réunions et les formations en distanciel se multiplient depuis le début de la crise Covid-19. Pour être plus à l’aise et susciter l’engagement des participants, il existe de nombreuses techniques et outils. L’animateur et/ou le formateur doit également travailler sur sa posture qui est différente de celle des habituels formats en présentiel.

Début juin, Trame a donc animé une formation à distance pour des animateurs de la FNCuma. Elle s’intitulait « Animer des formations et des réunions à distance ». Cette formation en deux modules a réuni 7 participants. Le premier module « Animer des Formations à distance » a traité de la construction d’un déroulé pédagogique, de l’importance du séquençage des apports, de la posture à adopter par l’animateur quand on est en distanciel… Durant la 2nde séquence, des outils ont été présentés. Et des quizz et mises en situations ont permis aux bénéficiaires d’apprendre à animer des réunions efficaces et plus participatives.

DynamiTAE : des ateliers d'échanges de pratiques entre animateurs de collectifs

Depuis septembre 2020, Elsa Ebrard et Thierry Pons, formateurs et délégués régionaux de Trame, animent des groupes d’échanges de pratiques dans le cadre du projet DYNAMITAE. Les partenaires de ce projet, lauréat de l’appel à projets ARPIDA 2019, sont la Chambre régionale d’agriculture, la FRCuma, le NACA, Coop de France Nouvelle-Aquitaine et la FRAB.

Ces groupes d’échanges ont comme ambition d’aider les conseillers animateurs des collectifs en transition agro-écologique (GIEE, 30000, DEPHY) dans l’animation. Deux méthodes sont abordées dans les rencontres : l’échanges de pratiques pour résolution d’un problème traitable et le co-développement. Les questionnements et problématiques partagés sont de l’ordre du savoir-faire (Comment mobiliser tous les agriculteurs du groupe ? Comment animer une réunion pour la rendre plus vivante ? Comment faire pour que tous les adhérents s’impliquent ?) et du savoir-être (Comment lever mes freins pour sortir de ma zone de confort et proposer des techniques d’animation participative ?).

A chaque fois, les conseillers animateurs de collectifs repartent avec de nombreuses idées à mettre en œuvre (changement de posture, outils et techniques d’animation…). Ils apprécient particulièrement les échanges entre réseaux où ils trouvent de nouvelles cultures, de nouvelles façons de faire…

De nouveaux groupes d’échanges seront mis en place (en présentiel ou en distanciel) fin 2020 et début 2021. Puis un recueil capitalisant les situations présentées dans ces ateliers sera produit.

Transmissions d'exploitations agricoles : faire évoluer les méthodes d'accompagnement

Les 6 et 7 octobre 2020, Elsa Ebrard et Thierry Pons, formateurs et délégués régionaux de Trame, ont animé, en collaboration avec Danielle Guilbault mandatée par GAEC-et-Sociétés, une première formation-action pour 22 conseillers Transmission des Chambres d’agriculture de Nouvelle- Aquitaine. La formation a pour but d’accompagner la montée en compétence des conseillers sur l’accompagnement humain des cédants et des repreneurs d’exploitations agricoles, mais aussi de renforcer la cohésion de cette équipe métier.

Cette première session s’est tenue à la Maison de la bande dessinée d’Angoulême. Les objectifs étaient une meilleure connaissance des participants ; un partage de la définition, de la représentation et du sens de leur mission. Un premier apport a porté sur les bases de l’accompagnement humain. Puis des ateliers de codéveloppement professionnel façon « Payettes et Champagne ». Pour finir, les intervenants ont accompagné le groupe de conseillers dans l’identification de leurs besoins en matière d’accompagnement humains pour les impliquer dans la co-construction des deux autres sessions prévues en 2021. Cette action est financée dans le cadre de l’ARPIDA Transmission porté par la Chambre régionale d’agriculture de Nouvelle Aquitaine. 
Une formation-action sans doute duplicable dans d’autres régions avec d’autres conseillers Transmission. Affaire à suivre après les formations de janvier et mars 2021.


 

Se former à l’animation de groupes avec « la boîte à outils »

« Comment éviter les tours de tables mortels qui n’en finissent plus ? Comment impliquer les participants dans une réunion et prendre une décision rapidement ? Comment éviter le piège de l’animateur parfait ? ».

Les 15 et 16 juin 2020, 7 conseillers et agents de développement agricoles se sont retrouvés en classe virtuelle pour répondre à ces questions, échanger et renouveler leurs pratiques d’animation. Cette formation, de 2 fois 7 heures, a été dispensée par Antoine Carret et Nicolas Carton, délégués régionaux respectivement en Auvergne-Rhône-Alpes et en Hauts-de-France. Intitulée « La boîte à outils de l’animateur », cette formation revisite les fondamentaux de l’animation de groupe : posture de l’animateur, outils d’animation, méthode de prise de décisions ou gestion de situation complexe. Plusieurs ateliers concrets ont été testés, comme le groupe d’échange de pratiques (GEP), la réalisation d’une synthèse « en live » ou l’appropriation de la grille d’intérêt. Différents apports théoriques donnent corps à cette formation, comme l’introduction à la communication non violente ou des éléments de l’analyse transactionnelle.

Habituellement dispensée en présentielle, cette session de juin 2020 s’est tenue 100% à distance en visioconférence, ce qui a permis de découvrir et d’approcher les techniques d’animation sous deux angles. A chaque outil expliqué et testé, une variante digitale était proposée, afin de préparer les stagiaires aux 2 situations, présentiel ou distanciel.

Véritable temps de montée en compétence personnelle par le biais d’un croisement des expériences de chacun, les retours des stagiaires sont très positifs. Un effet « groupe » et une envie de se retrouver ont même été pointés du doigt ! 

Revisiter son projet associatif

Dans une période de profond changement pour le groupe, l’ADARTH Geda de l’Avesnois (dans le Nord) a fait appel à Trame pour dispenser une formation de 3 jours aux membres de son conseil d’administration. Kim Deslandes, formatrice, et Nicolas Carton, délégué régional de Trame en Hauts-de-France, sont intervenus pour faire monter en compétences les responsables du groupe dans les domaines stratégique et organisationnel afin de mieux appréhender les transitions auxquelles leur association va avoir à faire face.

Ce travail fait suite
à une dynamique menée la Fédération régionale des Geda du Nord-Pas de Calais de mieux connaître ses groupes et de les soutenir. Un audit socio-organisationnel a permis de mettre en avant ce besoin de formation.

Les 3 jours de formation (entre décembre 2019 et mars 2020), soutenus par VIVEA, ont notamment permis d’améliorer l’interconnaissance des membres du conseil d’administration et d’intégrer de nouvelles personnes. Une vision et une feuille de route simple et claire ont été tracées par le groupe. Les partenariats essentiels, la place et la posture du président, le lien salarié-responsables, l’attractivité du groupe, sa façon de communiquer, les prises de décisions en collectif, sont autant de sujets traités. Cette formation de Trame a permis d’outiller l’ADARTH pour les prochains mois.

Faire monter en compétence les conseillers Transmission de Nouvelle-Aquitaine

La transmission des exploitations est une problématique majeure dans de nombreux territoires.

Ce projet ARPIDA « Les outils et les méthodes d’accompagnement sur la question des relations humaines dans un contexte de transmission d’exploitation agricole » est piloté par la Chambre d’agriculture de Nouvelle-Aquitaine. Il est mené en collaboration avec Trame, GAEC&Sociétés, les Chambres départementales des Deux-Sèvres, de Dordogne et Corrèze).

Il a pour ambition de faire évoluer les méthodes d’accompagnement sur la question des relations humaines dans le cadre des transmissions d’exploitations agricoles.  En effet, la question de la transmission est déjà problématique dans certains secteurs et va devenir préoccupante pour la plupart des territoires, dans les années à venir. Or, le volet Humain dans la transmission est central et les conseillers doivent s’y préparer dès maintenant. Pour cela, ce projet (d’une durée de deux ans) a commencé en janvier 2020. Il propose d’agir à plusieurs niveaux :

  • Faire évoluer des outils et des méthodes d’accompagnement : Un état des lieux des pratiques des conseillers va être réalisé par l’ESA d’Angers au printemps 2020. L’analyse des situations d’accompagnement permettra de mieux cerner les compétences nécessaires. Il s’agira ensuite de construire un outil diagnostic pour caractériser les compétences à acquérir ou améliorer.
  • Faire monter en compétence des conseillers transmissions qui accompagnent ces situations : Les conseillers Transmission des Chambres d’agriculture de Nouvelle Aquitaine vont être impliqués lors d’échanges de pratiques (par exemple en juin 2020, dans le montage de leur formation-action pour mettre au point des parcours de formation “relations humaines” lors des accompagnements).  Cette action va être réalisée par Trame et GAEC et Sociétés. 
  • Evaluer des outils et méthodes et formalisation autour d’un focus groupe : Ce focus groupe de conseillers qui aura testé les approches en situation professionnelle, mettra en place un processus d’amélioration continue des productions lors d’échanges de pratiques. Cette phase sera pilotée par Trame et GAEC et Sociétés.
  • Communiquer et déployer les outils et méthodes : Ce déploiement passera par les points d’accueil Installation et transmission et la sensibilisation des acteurs de la transmission tel que le Répertoire Départ Installation des Chambres d’agriculture.  La Chambre régionale d’agriculture pilotera cette action.  

S’adapter aux effets du changement climatique

Dans l’Isère, Trame accompagne un Living-Lab, sous le pilotage de l’Association des Agriculteurs de Chartreuse, sur le thème des effets du changement climatique.
La méthode du Living-Lab permet d’engager une nouvelle dynamique en mobilisant des partenaires d’origine diverse, n’évoluant pas forcément dans le milieu agricole, mais concernés par la thématique. 4 rencontres, de 2 heures chacune, sont nécessaires. Les partenaires sont sollicités, avant la première rencontre pour faire parvenir une contribution écrite aux organisateurs. Le Living-Lab, c’est un laboratoire vivant d’innovations ouvertes, mobilisant des personnes et des organismes partenaires sur un objet d’expérimentation qu’ils vont définir ensemble.

Ainsi, Trame accompagne l’Association des Agriculteurs de Chartreuse sur le thème de « Comment s’adapter aux effets du changement climatique, notamment sur la question de la ressource en eau ? ».

Chaque rencontre est animée en mode participatif avec beaucoup d’interactions entre les personnes. Antoine Carret, délégué régional en Auvergne-Rhône-Alpes à Trame, accompagne ce Living-Lab en Chartreuse. Le premier temps consiste à faire se rencontrer les personnes, les rendre rapidement acteurs et établir ensemble un diagnostic de la situation et des bénéfices attendus. Le second temps permet à partir de la matière collectée d’établir des préconisations d’actions. Durant le troisième et le quatrième temps, il s’agit de transformer ces préconisations (« yakafokon ») en véritables actions coconstruites entre tous, définies en mode projet et englobant les contributions écrites apportées par les partenaires. Tous se passe comme une ruche laborieuse.

D’ores et déjà, 7 actions, portées en mode projet, vont permettre une adaptation au changement climatique : vie du sol, agroforesterie, espaces pastoraux et intermédiaires, nouvelles pratiques de gestion des prairies, banque de fourrage, gestion de l’eau.

Au final, c’est l’assemblée générale de l’Association des Agriculteurs de Chartreuse, de mars 2020, qui validera les actions à mettre en œuvre avec le concours des partenaires.

La transmission, une histoire humaine avant tout !

Lors des « Rencontres en Terres Lotoises » sur la transmission, les délégués régionaux de Trame ont proposé des animations participatives et impliquantes. Cette journée a mis en relation des agriculteurs cédants sans successeur, des agriculteurs sans associés et des jeunes porteurs de projet en recherche d’exploitation ou d’association.

Lionel Fouché, vice-président de la Chambre d’agriculture en charge de l’installation, a ouvert cette journée en présentant les enjeux de la transmission/installation personnel, professionnel, social et sociétal. Après une présentation globale de tous, grâce au jeu des frontières, chaque exploitant en recherche de repreneur ou d’associé, a « vendu » son offre en 1 minute.  Les futurs agriculteurs ont également fait part de leur projet et pris connaissance des offres, avant de nouer contact avec les cédants et d’engager la discussion. Puis un jeune retraité a témoigné de son expérience et a insisté sur le fait que « transmettre demande un investissement humain et financier pour le cédant, celui-ci devant se donner les moyens de transmettre
et d’installer un jeune
».

Elsa Ebrard et Thierry Pons, délégués régionaux de Trame en Nouvelle-Aquitaine, ont ensuite présenté, à partir de travaux d’Eric Charbonnier, sociologue à Trame, les grandes étapes de la transmission : accepter, faire le point, clarifier le projet, se projeter, se lancer. Les conseillères de la Chambre d’agriculture ont présenté le Répertoire Départ/Installation, le Contrat emploi/formation/installation, le point accueil/info, les aides à l’installation.

L’après-midi, les animateurs Trame ont fait réfléchir les participants en groupes à « Comment faire pour qu’une transmission soit bien négociée ? ». Différentes idées ont été proposées : bien faire correspondre l’offre par rapport aux demandes locales, savoir s’entourer d’expertise mais aussi des proches, avoir un état d’esprit ouvert et être flexible et, bien sûr, anticiper.

Une journée riche en témoignages et réflexions qui ont apporté à chacun beaucoup d’éléments de réflexion pour « parcourir son propre chemin ». 

Enjeux travail et transmissibilité en filières laitières

Une évolution sociale sans précédent dans les fermes laitières fait des enjeux d’organisation du travail une question incontournable de la compétitivité des exploitations.

En 2019, les filières bovins lait, caprins et ovins lait de Nouvelle Aquitaine se sont coordonnées pour définir des pistes d'actions communes. En fin d’année, elles ont organisé 2 colloques « Enjeux travail et transmissibilité » à Pau et à Angoulême. Faire connaitre les métiers, travailler sur leur attractivité, donner la priorité à la formation ont été autant d'objectifs sur lesquels se sont concentrées les filières laitières. Le but de ces journées était d’échanger avec les animateurs/conseillers/formateurs des filières lait (bovins lait, caprins lait, ovins lait) pour faire connaître ces métiers, travailler sur leur attractivité et rendre la formation prioritaire.

Johan Fonteniaud, chargé de mission Filière bovin lait à la Chambre régionale et Géraldine Verdier, animatrice du BRILAC, ont préparé ces événements. Ils ont réuni plusieurs acteurs du développement agricole de Nouvelle-Aquitaine, dont Trame qui a apporté ses compétences en termes de méthodes d’animation, dans le cadre du partenariat FRGeda-Chambre régionale, développé dans le PPR.  

Ces deux journées ont été un beau succès avec environ 200 personnes réunies au LEGTA de Pau-Montardon et 100 personnes au LEGTA de l’Oisellerie à Angoulême. La matinée a été consacrée à une présentation du contexte pour sensibiliser les responsables des filières lait à l’enjeu travail, suivie d’une table ronde avec des élus et techniciens. L’après-midi, des travaux en ateliers ont été organisés sur les perspectives de collaboration dans la grande région sur les thèmes suivants : bien-être et organisation du travail, salariat ou association, attractivité des métiers et installation-transmission.