Des réseaux et un centre de ressources agricole et rural

Actualités du réseau ACF


La journée de l’agro-écologie
Ferme du Tors

L’exploitation et l’unité de compostage de Ludovic Dufour, en Seine-Maritime, ont accueilli la journée de l’agro-écologie organisée par les Maisons Familiales et Rurales : au programme, des rencontres, des conférences et des démonstrations. Régulièrement, Ludovic Dufour et son frère Grégoire sont sollicités par les Maisons Familiales de Seine-Maritime pour venir visiter leur unité de compostage, découvrir leurs techniques de semis direct ou les essais développés sur les bandes ligno-cellulosiques.
Cette journée de l’agro-écologie a réuni 500 personnes. Organisée en partenariat avec la Chambre d’agriculture, des constructeurs de matériels, le CER, le GNIS, la FDCuma, les Civam, la coopérative de lin ou encore la fédération des chasseurs, son but était de présenter des plateformes d’essais avec des conduites alternatives de blé (moins de traitements, moins de phytosanitaires, du biocontrôle…). Le but était aussi de présenter du matériel à la pointe de la technologie en action sur une parcelle, comme cette bineuse avec reconnaissance de feuillage. Enfin, une conférence a traité du sol avec un professeur d’UniLaSalle Beauvais, et une table-ronde de l’agro-écologie avec des agriculteurs engagés dans le GIEE « Sol en Caux » dont l’objectif est de mettre en œuvre l’agriculture de conservation dans des systèmes avec pommes de terre et lin.

 

Compostage et économie circulaire
Indre Environnement

Julien Christiaens, céréalier dans l’Indre, a créé la plateforme de compostage « Indre environnement »,  pour transformer localement des déchets verts. « Tous les ans, je devais faire des kilomètres pour acheter du compost afin d’apporter de la matière organique dans les sols de mon exploitation ». Julien Christiaens a donc décidé de créer sa compostière : « Mettre en place une plateforme de compostage permet aussi de développer une image positive de l’agriculture qui recycle" en diminuant les apports d'engrais minérales ».

Il a rejoint l’association des Agriculteurs composteurs de France pour bénéficier de leur expertise. Cindy Coq, présidente des ACF, rappelle que son réseau promeut « le compostage en plateforme réglementée et autorisée ».

Julien Christiaens a répondu à plusieurs appels d’offres de collectivités de l’Indre. « Une relation de proximité s’est créée avec les collectivités locales qui sont fières de tisser des relations avec des entreprises de leur territoire ». La plateforme prévoit de traiter 7000 tonnes de déchets verts par an pour produire 4000 tonnes de compost. La moitié du compost produit sera utilisée sur l’exploitation agricole, le reste sera commercialisé auprès d’agriculteurs voisins. « Les déchets générés sur notre territoire sont transformés et consommés sur le même territoire, c’est tout le sens de l’économie circulaire ».

 

Actu du 16 mai 2017

Du déchet vert au compost
Alcyon

Dans le Vaucluse, Alcyon est un centre de valorisation des déchets, adhérent des Agriculteurs Composteurs de France. Le compostage des déchets verts et le traitement des palettes, troncs, souches, constituent ses activités principales.
« Nous menons de front plusieurs activités », explique Cindy Coq, la directrice d’exploitation. « Nous restons toutefois guidés par un seul leitmotiv : la protection de l’environnement ».

Fondée en 1996 par Yvon Coq, agriculteur, la société Alcyon est alors dédiée au compostage des déchets verts et des boues d’épuration issus de l’agriculture. L’amendement créé sous forme de compost est directement épandu sur les champs de l’exploitation. En 2000, Alcyon se focalise dans le compostage des déchets verts. En 2011, l’interdiction de brûler les déchets verts à l’air libre augmente progressivement le tonnage de bois recueilli. La société renforce alors son développement dans la filière bois énergie.

Annuellement, le site traite 25000 tonnes de déchets verts, 3500 tonnes de déchets agroalimentaires, pour produire 18000 tonnes de compost. De plus, palettes, souches et bois sont broyés, puis utilisés comme combustibles en chaufferies biomasse. Alcyon traite 6200 tonnes de palettes, 1400 tonnes de souches et 2430 tonnes de bois.

« En tant qu’acteur responsable et porteur de valeurs, attaché à l’économie circulaire, nous nous engageons dans plusieurs domaines. L’emploi est un axe fort de notre politique, Alcyon emploie 15 collaborateurs. Alcyon s’est aussi engagé à mener une politique durable, dans le cadre de la responsabilité sociétale des entreprises », conclue Cindy Coq.

Actu du 4 janvier 2017
Valoriser les cendres des chaudières collectives
Anjou Bois Energie

Dans le Maine-et-Loire, la société Anjou Bois Energie s’est engagée dans une démarche innovante de valorisation des déchets générés par les chaudières. En 2015, sous l’impulsion de Lucien Gerbier, la société a lancé une réflexion sur la récupération et la valorisation des cendres issues des chaudières à bois collectives.

Depuis 2007, Anjou Bois Energie fournit du bois-énergie (granulés, bûches, bois reconstitué) à 5000 clients, dont 150 collectivités. Lucien Gerbier a fait le constat que « récupérer ces cendres amènent des problèmes de santé pour les opérateurs, en raison des charges lourdes à porter et des émissions de poussière ». En partenariat avec Transmanut, Anjou Bois Energie met actuellement au point une machine de collecte et de conditionnement des cendres, qui permettra aussi de les analyser. « Le but est de pouvoir valoriser ces cendres en épandage sur les sols agricoles ou forestiers, car elles sont riches en chaux et en potasse ». Cette machine est en cours de test et devrait être opérationnelle en 2017. Affaire à suivre.

Actu du 13 décembre 2016

Ludovic et Grégoire Dufour reçoivent le label « J’agis pour la biodiversité »
Agriculteurs Composteurs de France

A Belleville-en-Caux, la Ferme du Tors de Ludovic Dufour (qui est président de l’association des Agriculteurs Composteurs de France) est une ferme typique du pays de Caux. Ludovic Dufour et son frère Grégoire se sont engagés dans une démarche environnementale il y a déjà 15 ans. Ils viennent de recevoir le label « J’agis pour la biodiversité » décerné par le ministère de l’Ecologie.  « Cette initiative nous a donné la possibilité de montrer ce que les agriculteurs sont capables de faire en la matière de biodiversité ».

« En 1999 suite à la tempête, nous avons constaté un ruissellement très important de la terre dans les parcelles. Ce n’était pas normal de voir la terre partir comme cela ». Ludovic et Grégoire Dufour ont d’abord commencé par implanter des couverts hivernaux pour ne pas laisser les sols nus en période de pluie. En 2011, ils ont sollicité la Chambre d’agriculture de Seine-Maritime, l’Agence de l’Eau, les Syndicats de Bassins Versants  pour implanter un maillage d’éléments paysagers pour ralentir l’écoulement de l’eau et favoriser son infiltration. Les différents partenaires ont réfléchi à un projet plus global intégrant la réflexion économique, la production de biomasse et la protection de la biodiversité. Des îlots de miscanthus, switchgrass, saules, peupliers, haies arbustives ont été implantés pour tester leur efficacité. Au total, 5 km linéaires de haies ont été plantés sur l’exploitation, ainsi que des bandes enherbées.

« L’Association Régionale pour l'Etude et l'Amélioration des Sols a réalisé différents tests et les retours sont extrêmement positifs dans la lutte contre l’érosion », explique Ludovic Dufour. Idem pour la biodiversité : « Les saules offrent gite et couvert à la faune et constituent un élément paysager fort au milieu de la plaine ». La fédération des chasseurs a d’ailleurs réalisé une étude entomologique pour compter et classifier les insectes apparus dans les différents îlots mis en place sur l’exploitation. Les îlots implantés prennent en compte les contraintes de mécanisation des agriculteurs, répondent à la réglementation environnementale de la PAC sur les surfaces minimum d’intérêt écologique. Ludovic Dufour a profité de l’expérimentation pour étudier la production de matière sèche pour la biomasse. « Le switchgrass est peu adapté à notre région et n’a pas donné les résultats escomptés. Idem pour les peupliers avec un retour sur investissement tardif et un faible impact sur la biodiversité. Le miscanthus est intéressant pour limiter l’érosion. Mais c’est le saule en bandes lignocellulosiques qui a un réel intérêt de production de biomasse ».

 

Actu du 25 octobre 2016

Compostage et produits du terroir : deux voies de diversification
Agriculteurs Composteurs de France

Dans la région du Havre (Seine-Maritime), Emmanuel Palfray est un agriculteur aux multiples activités puisqu’il est membre de l’Association des Agriculteurs Composteurs de France et du magasin de producteurs « Les 8 fermes ». « Fils d’agriculteur, je ne me voyais pourtant pas trop agriculteur au départ. Et de fil en aiguille, j’ai trouvé le moyen de me réaliser : grâce à la magie de ce métier, tout est possible ! ».

Président de l’association « Terre – Eau – Energie » reconnue GIEE, Emmanuel Palfray réfléchit avec une douzaine d’agriculteurs à la construction d’une nouvelle filière de production de bois énergie pour les chaudières municipales comme celles de Gonfreville ou Le Havre, en misant sur la qualité de l’eau dans les nappes, la réduction de l’érosion, la biodiversité, la protection du petit gibier. Découvrez son témoignage complet.

Actu du 27 septembre 2016

REgénération de peuplements dégradés, MObilisation de BIOmasse bois issue des déchets verts et de l’entretien des linéaires boisés
Agrivalor (Agriculteurs Composteurs de France)

« Le projet REMOBIO permet à notre entreprise de s’équiper d’outils pour la production de bois énergie à partir de biomasse issue  de l’entretien des linéaires boisés, des activités paysagères, des linéaires agricoles… L’animation que nous mettons en place va permettre d’apporter une dynamique sur le territoire alsacien pour la mobilisation de bois sans valeurs », explique Noël Adam, un des gérants d’Agrivalor.

Le projet REMOBIO est issu d’une concertation d’un groupe resserré d’acteurs opérationnels que sont Agrivalor, Sundgau Compost, l’Association des Communes Forestières d’Alsace et la Ville de Sélestat. Ces acteurs présentent, sous l’égide d’Agrivalor, un projet global, cohérent et efficace, qui permet la mobilisation de 64000 tonnes de bois additionnels en Plaine d’Alsace sur 3 ans dont :

- 12000 tonnes grâce à des travaux d’investissements forestiers dans les peuplements dégradés en forêt communale, grâce à des actions d’information auprès des communes forestières,

- 1000 tonnes grâce à des opérations de gestion de linéaires boisés sur la Ville de Sélestat, suite à la réalisation d’une étude réalisée dans le cadre du projet,

- 51000 tonnes grâce à la création des partenariats via des actions d’animation entre les acteurs locaux de l’agriculture, du paysage, des collectivités… et l’investissement dans des machines performantes.

De plus, la Plaine d’Alsace est très peuplée et une part importante des forêts peut être considérée comme des forêts péri-urbaines en raison de leurs fortes fréquentations par le grand public. La récolte de bois est souvent mal perçue avec des impacts forts sur le paysage. Aussi, en partenariat avec Alsace Nature, un volet communication est inséré dans le projet (réunions d’information, panneaux d’information…) pour informer le grand public de la multifonctionnalité des forêts.

REMOBIO est un projet qui s’inscrit sur le long terme, dans la mesure où il permet la mobilisation de bois additionnel au-delà de 2019 grâce aux investissements forestiers et matériels réalisés.


Les ACF s’engagent pour la COP 21 et le 4 pour 1000  !

Réseau de professionnels engagés dans les métiers du traitement et de la valorisation de la biomasse pour des services environnementaux durables, ACF s'inscrit dans le cahier d'acteurs de la COP 21 ainsi que dans son agenda et s'engage dans le projet "4 pour 1000". Lire le message de Ludovic Dufour, président des ACF

 

Actu du 25 août 2015

Compostage, bois-énergie, méthanisation : rien ne se perd, tout se transforme ! Agriopale Services

« De Dunkerque à Chantilly, François Dusannier dirige Agriopale Services, une société spécialisée dans le recyclage et la valorisation de la biomasse telle que les résidus végétaux, le bois ou les résidus de l’industrie agroalimentaire.
Fondée par 6 agriculteurs en 1999, Agriopale Services est implantée sur un territoire allant du Nord de la France à la région parisienne. Elle exploite 9 sites de compostage et depuis cet été une unité de méthanisation qui injecte depuis mi-juillet 130m3/h de biométhane dans le réseau. Comme une cinquantaine d’autres exploitants agricoles ayant intégré une plateforme sur leur ferme, Agriopale Services est membre de l’Association des Agriculteurs Composteurs de France…. »

Lire la suite