Des réseaux et un centre de ressources agricole et rural

AGRIMOUV Bannière des gagnants

 

Votre contact à Trame


 

Yasmina Lemoine
Animatrice FNGeda
06 79 85 75 67
y.lemoine@trame.org

Bienvenue sur les pages de la
Fédération nationale des groupes d'études
et de développement agricole

« Bien content d’être en groupe de développement »

J’ai été élu récemment président de la Fédération nationale des Geda. Je suis agriculteur dans les Ardennes et membre du GDA du Rethélois. En SCEA avec mon frère, nous employons deux salariés agricoles sur une ferme de polycultures. Nous cultivons du blé, des betteraves, de l’orge, du colza, des pois, de la luzerne, plus des oignons, des échalotes, de la fécule et des plants de pomme de terre. Sur cette activité, nous assurons la production, le conditionnement et l’expédition. Nous sommes aussi producteurs d’électricité avec des panneaux photovoltaïques.

Adhérer à un groupe de développement, c’est rencontrer des collègues agriculteurs, se confronter à eux pour se forger ses propres idées. C’est être libre de penser et de ne pas sous-traiter ses réflexions de chef d’entreprise. C’est aussi être maître de ses sources d’information, des expérimentations à lancer…

Nous avons, dans toutes les régions, de belles choses à faire en groupe. Avec une équipe d’agricultrices et d’agriculteurs motivés, je souhaite m’investir pour relancer la dynamique et la communication entre les différents échelons de notre réseau. Geda, FDGeda, FRGeda et FNGeda, nous sommes complémentaires et nous devons développer ensemble des projets. Dans ce maillage, je n’oublie pas Trame. Carbone, services environnementaux, santé du troupeau…, les agriculteurs des groupes testent et expérimentent. Trame peut nous apporter son expertise et faciliter la mise en réseau.

Dans les prochains mois, je vais aller à la rencontre des agriculteurs responsables de Geda des différentes régions françaises. Il est primordial de rétablir la communication et les liens entre nous. L’idée est aussi de mieux connaître ce qui se fait dans les groupes pour faciliter et amplifier les mises en contacts. Quand on a un projet, savoir ce qui se fait ailleurs, pouvoir rencontrer d’autres agriculteurs engagés aide à lever des freins et à avancer plus vite. Le réseau permet de s’épauler et de s’aider. Demain, chaque Geda doit être en capacité de développer un projet pour anticiper et ne pas subir.

Je souhaite aussi qu’on reprogramme des temps d’échanges et des rencontres. La crise sanitaire n’aide pas, mais j’espère que nous pourrons, dans quelques mois, nous retrouver pour un « Happy-Groupe », une formation d’administrateurs du réseau Geda. Ce temps sera ouvert à tous ceux qui veulent faire vivre un groupe.

Benoît Logeart, Président de la Fédération nationale des Geda

Deuxième édition du concours de vidéos réalisées par des collectifs d'agriculteurs


Remise des prix du concours agri.mouv

Rendez-vous le 27 février à 11h sur le stand des Chambres d’agriculture (Pavillon 4 - B102)
Lire le Communiqué de presse


Remise des Prix de la 2ème édition d'agri.mouv
 

Olivier Tourand, président de la FNGeda et Sébastien Windsor, président des Chambres d'agriculture remttent les prix d'AgriMouv, le concours vidéo des sollectifs d'agriculteurs: "Un grand bravo aux agricultrices du GVA Pierre-Buffière (Haute-Vienne) qui se sont formées aux médecines alternatives en élevage, à Nov’Agri (Morbihan) qui produit de l’énergie verte et au Groupe DEPHY creusois. AgriMouv est l’occasion de montrer, aux agriculteurs et au grand public, le dynamisme, l’enthousiasme et la passion qui nous anime dans les groupes. Les groupes de développement portent souvent des projets innovants et précurseurs. Ils expérimentent de nouvelles pratiques en agronomie, en élevage, dans la gestion de nos entreprises, dans la commercialisation ou dans le domaine de l’humain".

 

Palmarès de la 2ème édition d'agri.mouv

La 2ème édition d'agri.mouv a réuni 9 participants. La première vidéo a atteint les 11 276 vues. Un grand bravo à tous les lauréats et groupes participants.

1er prix : A nos limousines... soigner au naturel
Les agricultrices du G.V.A. Féminin du canton de Pierre-Buffière (en Haute-Vienne) se sont formées avec la Chambre d’Agriculture de la Haute-Vienne aux médecines alternatives en élevage (homéopathie, aromathérapie et ostéopathie). Ces formations leur ont permis de raisonner différemment le sanitaire sur leurs exploitations.

2ème prix Moins de phytos, plus d'autonomie fourragère les Creusois relèvent le DEPHY
Membre du groupe Dephy de la Creuse depuis 2016, Jean-Marc Larose, détaille les leviers agronomiques utilisés pour diminuer l'usage de produits phytosanitaires et gagner en autonomie fourragère

3e prix – coup de coeur du Climat : NOV'AGRI Les agriculteurs agissent pour le climat
Valorisation des déchets organiques, production d'énergie verte et valorisation d'engrais naturels par méthanisation, bois énergie et entretien des boccages, circuits courts, les agriculteurs de NOV'Agri dans le Morbihan agissent pour le climat.

Un grand merci à nos partenaires


Les vidéos sont enfin disponibles !🖥💻🎥📺

Vote 🗳🗳🗳🗳🗳=> Invitez vos proches, collègues et voisins à regarder votre vidéo. Les 2 vidéos les plus vues seront récompensées
https://www.youtube.com/playlist…

Vous avez jusqu'au 14 décembre (minuit) pour les regarder !


 

 

Comment participer au concours agri.mouv
Les collectifs, essentiels dans la recherche de la multiperformance des exploitations agricoles
Les groupes d'agriculteurs permettent de franchir les barrières du changement pour atteindre les objectifs
fixés par l’exploitant :

  • réassurance entre pairs
  • recherche collective de solutions
  • mutualisation des prises de risque (changement de pratiques), des moyens
  • création de liens sociaux.

Les Chambres d'agriculture réaffirment leur ambition d’accompagnement des groupes. Ces groupes jouent un rôle essentiel dans la détection, le transfert et l’appropriation des innovations. Aujourd’hui, les Chambres accompagnent plus de 1 400 groupes d’agriculteurs soit plus de 82 000 agriculteurs dont 900 groupes de développement.
L’ambition de la FNGeda. Faire que tout agriculteur, toute agricultrice, membre du réseau FNGeda soit dans une dynamique d’avenir, de projet, de prospective. Et faire que le groupe l’aide à conserver son autonomie décisionnelle et à prendre des décisions stratégiques pour son entreprise.

Ce concours permet de confirmer le partenariat historique entre les Chambres d’agriculture et la FNGEDA, plus que jamais essentiel pour que sur le terrain, les conseillers Chambre accompagnent les groupes dans la mise en oeuvre de leurs projets.

Pour vous inscrire

 

Lire le Communiqué de Presse   Retrouvez toutes les informations
de l'édition 2018

 

ASSEMBLEE GENERALE DU 4 AVRIL 2019


Beaucoup de temps forts cette année pour l'assemblée génrale de la FNGeda
Programme de la journée ici.

  • Olivier Tourand, président de la FNGeda a accueilli Didier Guillaume, ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation

,Il a pu lui rappeler l'importance des groupes et du collectif. Découvrez son discours en vidéo.

 

  • Remise des insignes d'officier dans l'ordre de la Légion d'honneur à Karen Serres, administratice de la FNGeda et présidente de Trame

  • Changement climatique - Quels enjeux pour nos exploitations
    Intervention de Vincent Caillez—Climatologue

   

 

 

 

DES INTERVENTIONS


Elevage et préservation des ressources : la place des éleveurs

Le 4 octobre au Sommet de l’Elevage, Olivier Tourand, président de la FNGeda intervenait dans une table ronde, organisée par Agrovergne (groupe régional Auvergne des agros), sur les questions d’élevages des ruminants et de préservation des ressources. Eleveur dans la Creuse, Olivier Tourand a témoigné aux côtés de chercheurs de l’Inra, d’Idèle, de Sidibé Boureima, éleveur du Burkina Faso, de François Marion, président du PNR des Volcans d’Auvergne et en présence d’une cinquantaine de participants.

Après une présentation par l’Institut de l’élevage des différents systèmes d’élevage en France, les échanges ont mis en évidence les bienfaits de l’élevage d’herbivores. Olivier Tourand a souligné « l’importance d'avoir une bonne gestion du pâturage pour obtenir et préserver une biodiversité végétale », conforté en ce sens par Sidibé Boureima qui a expliqué que « depuis que les bovins pâturent les sous-bois des espèces végétales ont réapparu ».

Ensuite, les présentations des travaux de l’Inra sur les effets des innovations et des expérimentations par des agriculteurs pour rejoindre les demandes sociétales, voire les anticiper, sur les questions de climat (le stockage du carbone par exemple), sur l’évolution de certaines pratiques pour limiter l’érosion des sols ou réduire l’utilisation de certains intrants ont permis une prise de conscience des participants sur le rôle des agriculteurs.

Cependant, l’agriculteur ne peut pas tout et Olivier Tourand a ainsi souligné que « le citoyen a des exigences qu’en tant que consommateur il peut tendre à contredire » et a émis le souhait que « consommateur et citoyen ne fasse plus qu’un, que l’agriculteur soit reconnu dans ses différentes missions et travaille en synergie avec la recherche pour avancer sur certains thèmes, les exploitations agricoles étant d’excellents supports à la recherche ».

Enfin, a été souligné la fin d’un système de solution unique valable pour tous et l’importance de penser en système d’exploitation, en adaptant et trouvant les solutions dans les exploitations et pas l’inverse.

En conclusion de cette table ronde, les participants sont tous tombés d’accord pour dire que les systèmes d’élevage et de polyculture élevage sont les plus efficients en terme de maintien et développement de la biodiversité, des dynamiques territoriales, du développement économique et sociétal et des réponses aux enjeux futurs.

Cette table ronde a permis une excellente prise de conscience et pose les fondements de synergies futures.