©Martial_Coquio

Le territoire de la Vallée de la Seiche


 

Le périmètre d’expérimentation : l’échelle du bassin versant de la Seiche


Le territoire d’expérimentation de la vallée de la Seiche correspond au périmètre du bassin versant de la Seiche. Il est situé à une trentaine de kilomètres au Sud-Est de Rennes. La très grande majorité du territoire est incluse dans le département d’Ille-et-Vilaine. Seule l’extrême Sud-Est du bassin se situe dans le département de la Mayenne.

 

Une grande vallée agricole support d’activités de loisir avec des eaux dégradées


C’est un territoire de 823 km² dont 60% d’espace agricole. Une forte dynamique des collectifs agricoles (Geda, Ceta, Civam, Cuma, Bio) qui accompagnent les agriculteurs dans le changement de système est présente.

Son environnement est caractérisé par de nombreux sentiers de randonnées, des prairies humides, des frayères, des crues l’hiver et une rivière à sec l’été, une zone classée espace naturel sensible au sein du domaine touristique du Château des Pères.

Les eaux sur ce territoire sont dégradées tant du point de vue de la qualité physico-chimique (nitrates, phosphore, MES et pesticides) que de la morphologie des cours d’eau. Trois des sous bassins sont d’ailleurs concernés aujourd’hui par un arrêté préfectoral de zone soumise à contrainte environnementale fondé sur l’enjeu érosion (pollution phytosanitaires et phosphore).

La réduction de l’érosion des sols ainsi que la reconstitution du bocage sont donc des enjeux forts avec :

  • Une densité bocagère moyenne de 62 ml/ha (moyenne départementale de 85 ml/ha et régionale de 112 ml/ha). Un bocage vieillissant non remplacé qui impacte aussi le paysage de ce territoire à usages récréatif et touristique.
  • Un niveau d’érosion des sols caractérisé dans le SDAGE Loire-Bretagne 2016-2021 comme étant fort à très fort qui se traduit par une dégradation de la qualité de l’eau. 


 

L'expérimentation du LabPSE


 

Une expérimentation collective née d’une réflexion autour d’une frayère à brochets


Carine Chassé, agricultrice GEDA 35 s'est impliquée dès 2017 dans le living lab qui a permis de définir le projet LabPSE. L’élément déclencheur de sa réflexion au départ sur les PSE: ses 9 ha de prairies humides qu’elle gère depuis 10 ans au bénéfice d'une frayère à brochets, sans compensation du manque à gagner. Un aménagement hydraulique qui maintient plus longtemps la prairie en eau, a été réalisé par la Fédération départementale de Pêche en accord avec son père passionné de nature. Cet aménagement a permis le développement des alvins et une modification de la flore prairiale (joncs, carex).

Depuis Aurelien Leray, agriculteur du reseau CIVAM a rejoint Carine dans le projet. Aujourd'hui, c'est toute une dynamique collective de PSE à l'échelle de leur territoire que souhaitent développer les deux agriculteurs pour répondre aux enjeux environnementaux locaux. 

 

Une diversité d’acteurs locaux embarqués 

 

  • Une dizaine d’agriculteurs des réseaux GEDA, CETA, ADAGE et CUMA,
  • Le syndicat de bassin versant de la Seiche,
  • Deux communautés de communes,
  • La Fédération de pêche d'Ille-et-Vilaine,
  • Des associations locales seront impliquées durant l’année 2020.


Les enjeux ciblés pour la mise en place de PSE


Les motivations des acteurs impliqués pour la mise en place de PSE : 
•    Améliorer la qualité des eaux et des milieux aquatiques
•    Restaurer la biodiversité via la restauration des milieux humides et du bocage , 
•    Favoriser les usages récréatifs et touristiques (pêche, randonnée, château des Pères,…). 
 

Vallée de la seiche.jpg