GIEE LAIT BIO BAS CARBONE


 

Ou Comment réduire l’empreinte Carbone des fermes laitières en agriculture biologique du Sud Ouest de la Manche

 

Ce projet est porté à l’initiative de 12 producteurs laitiers biologiques qui travaillent ensemble depuis 2010 au sein d’un groupe d’échanges et de formations. Ils ont choisi de travailler sur l’empreinte carbone de leurs exploitations et la production de Gaz à Effets de Serre (GES). Leur mode de production actuel les amène déjà à diminuer leurs impacts environnementaux mais ils savent que leurs pratiques sont perfectibles, notamment concernant la mécanisation, le travail du sol, la durée de vie des prairies ou encore la productivité. Leur engagement dans ce projet vise donc à montrer qu’au-delà du cahier des charges bio, il y a nécessité de progresser encore sur leurs pratiques pour produire un lait biologique, respectueux de l’environnement, source d’emplois et de bien-être au travail, et économiquement rentable. De plus, au-delà d’une recherche d’atténuation des effets des pratiques sur le changement climatique, ces éleveurs ont connu depuis 2018 des épisodes climatiques marquants qui leur ont fait prendre conscience de leur vulnérabilité et de la nécessité de s’adapter sur le long terme aux aléas du climat. Ils travaillent ainsi à la durabilité de leur exploitation et veulent transmettre leurs enseignements au plus grand nombre.

-> Pour en savoir plus, cliquez ici ou visionner ce film !

Le point de départ des changements a bien sûr été la réalisation des diagnostics CAP2ER niveau 2 qui a permis de montrer aux éleveurs les points positifs de leurs systèmes, mais aussi les pistes de progresser.

Parmi les leviers qui ont principalement été activés par les membres du groupe, on retrouve :

  • l’abaissement du chargement animal (indispensable en cas d’aléas climatiques)
  • L’évolution des flores prairiales (plus adaptée à la sécheresse) et l’allongement de la durée de vie des prairies temporaires (pour stocker plus de carbone)
  • La recherche maximale d’autonomie alimentaire et en particulier de pâturage (mise en place de chemins pour les vaches, échanges parcellaires, reprise de terres, valorisation des herbus en zone littorale, mise en place de dérobées fourragères type colza fourrager ou sorgho)
  • Maintenir et replanter des haies et des arbres en agroforesterie pour procurer ombre, brisevent et stockage carbone
  • Réduire le travail du sol et le labour pour maintenir humidité et vie dans les horizons cultivés.

-> Leurs actions :

https://vimeo.com/316539177

https://vimeo.com/362302824

-> Ils témoignent dans la presse !

Article Ouest France - septembre 2019

Article CRDA Contact - novembre 2019

Article Webagri - janvier 2020

Article CRDA Contact - janvier 2020

Article l'Agriculteur Normand - juillet 2020

Article CRDA Contact - novembre 2020

Article l'Agriculteur Normand - septembre 2021

Documents 


 

 

Contact

Pour rejoindre le groupe ou obtenir plus d'informations :
Caroline TOSTAIN - 02 33 06 46 72