Actualités du réseau des salariés agricoles

« #Nous sommes l’agriculture »
Association des salariés agricoles d’Eure-et-Loir

Fin septembre, l’Association des salariés agricoles et la Chambre d’agriculture ont participé à la Semaine des métiers de l’agriculture. Inédit en Eure-et-Loir, cet évènement visait à faire connaître les professions agricoles au grand public et à susciter des vocations auprès des plus jeunes et des demandeurs d’emploi. Avec 3500 agriculteurs et 1500 salariés permanents dans les exploitations, l’agriculture eurélienne est un acteur économique et social incontournable. Les métiers en agriculture sont nombreux et variés, mais encore faut-il le faire savoir. L’Association des salariés agricole a donc participé activement aux différents évènements. La Chambre d’agriculture avait réalisé des vidéos pour mettre en lumière les métiers dont le portrait de Mathieu salarié en grandes cultures. Le Lab'Agri a organisé une réunion d’échanges entre professionnels du monde agricole, prescripteurs de l’emploi, jeunes pour réfléchir collectivement à des solutions pour attirer et recruter en agriculture. Des pistes ont été lancées : initier un « pôle de compétitivité Agriculture » pour redynamiser l’emploi agricole départemental en impliquant les responsables professionnels (sur le modèle du pole « cométic valley » sur le bassin de Chartres) ou créer un partenariat pour sensibiliser les agriculteurs aux notions de management, de ressources humaines…

La vingtaine de partenaires (représentant la production agricole, les coopératives, le paysagisme/espaces verts, le machinisme agricole) a rencontré 450 visiteurs intéressés par l’agriculture et ses métiers.

 

Faire face au turn-over des salariés

Association des salariés agricoles du Morbihan

Faire face au turn-over des salariés Association des salariés agricoles du Morbihan Le turn-over des salariés n’est pas supérieur en agriculture que dans d’autres secteurs d’activité comme le commerce ou le bâtiment. Mais ce sujet préoccupe les exploitants, surtout en élevage. Ce problème a incité les responsables de l’Association des salariés agricoles du Morbihan à débattre lors de leur assemblée générale en répondant à la question « Pourquoi certains salariés agricoles restent dans le métier et pourquoi d’autres partent ? ».

Après un apport technique sur les notions de turn-over en entreprise et une présentation de chiffres clés sur cette situation préoccupante en élevage, les 30 participants ont écouté 3 témoignages très différents. Le 1er témoin, salarié agricole, a fait le choix de continuer de travailler en production porcine, et il expérimente un exosquelette pour limiter le port de charges. Le 2nd témoin a choisi de quitter son poste de salarié en production porcine par manque de reconnaissance et en raison d’u nombre d’heures supplémentaires trop important ; mais il est resté dans l’agriculture. Enfin, le 3ème témoin a témoigné de son changement de secteur professionnel : il a complètement quitté l’agriculture suite à des difficultés physiques.

Jean-Luc Hilary, président de l’Association, explique : « Tous ces témoignages devraient servir à rendre compte de ce qui se passe sur le terrain et alimenter les réflexions des structures mettant en œuvre des actions sur l’emploi en agriculture. Notre volonté est de participer aux évolutions des métiers de l’agriculture, d’être utile face aux changements qui se préparent dans le monde agricole ».

S’informer sur ses droits en formation
Association des salariés agricoles du Calvados

Association des salariés agricoles du Calvados Les salariés agricoles du Calvados ont organisé une réunion d’information sur les droits en formation avec une conseillère aux actifs Ocapiat. Les agents de « Service de remplacement 14 » étaient invités, tout comme les salariés du Groupement d’employeurs départemental. Une douzaine de personnes s’est réunie mieux connaître les droits en matière de formation professionnelle. L’intervention de la conseillère s’est déroulée en 3 parties :
- Le point sur sa situation professionnelle : « Nous avons pu comprendre qu’existent des solutions internes et externes pour faire le point sur sa situation professionnelle, en passant par un entretien professionnel qui est obligatoire tous les 2 ans ou bien en passant par le Conseil en Évolution Professionnelle ou encore le Bilan de Compétences », explique un des participants.
- Se former et obtenir une certification : « Sur ce point, nous avons pu voir la certification et la validation des acquis de l’expérience (VAE), les prestataires de formation et les dispositifs de financement tels que le CPF, le Compte Personnel de Formation ».
- Les accompagnements spécifiques : « Au niveau des accompagnements spécifiques, nous avons pu comprendre comment faire face à certaines situations, tels que l’illettrisme ou l’illectronisme, autour de la santé (handicap, maladie et prévention) et en cas de démission ».

En visite dans une ferme expérimentale
Associations des salariés agricoles de la Manche et du Calvados

Une quinzaine de salariés de la production a visité la ferme expérimentale de la Blanche Maison, dans la Manche. La visite a commencé par une présentation en salle durant laquelle la directrice de l’établissement a expliqué ce qu’est une ferme expérimentale, ses missions, les projets réalisés et en cours et ceux réalisés. Après ce petit cours sur la ferme expérimentale, le groupe a débuté le tour de l’exploitation en découvrant la salle de traite et sa technologie, les différentes méthodes utilisées pour gérer le cheptel de 200 vaches de race Normande. Les salariés agricoles participant ont ensuite découvert le mode de gestion des veaux de plus de 15 jours, en libre-service dans un enclos entre l’extérieur et l’intérieur. La visite s’est poursuivie en observant les expérimentations testées sur l’exploitation comme un générateur d’air chaud pour activer le séchage du foin, des essais de couverts végétaux en parcelle plein-air et sous serre.  

Instagram pour faire découvrir la viticulture
Association des salariés agricoles de Gironde

Les salariés agricoles de la Gironde viennent de créer un compte Instagram pour leur association.

Leur idée :  suivre le cycle végétatif de la vigne en suivant les femmes et les hommes qui s'en occupent. Les administrateurs de l’association prennent des photos et l’animatrice se charge de les poster régulièrement.

A travers les clichés de différents vignobles, les personnes qui les suivent sur Instagram découvrent les activités autour de la vigne, ses auxiliaires, son patrimoine mais aussi son histoire. Une action pour fédérer les amoureux de la viticulture et un compte Insta à découvrir sans attendre
 

Agronomie : raisonnement technique et suivi de parcelles
Association des salariés d’Eure-et-Loir

Chaque année, l’association et la Chambre d’agriculture d’Eure-et-Loir proposent à un groupe de salariés en grandes cultures de se retrouver pour 5 tours de plaine de février à fin mai. L’objectif de la formation est de permettre aux participants d’actualiser leurs connaissances sur le raisonnement des itinéraires techniques en grandes cultures, l’observation et le suivi des parcelles.

Chaque rendez-vous chez un des stagiaires participants est l’occasion de faire un point sur les cultures avec l’appui d’un conseiller spécialisé (suivi agro-météorologique, connaissance des outils de raisonnement des interventions, préconisations techniques, règlementation…), puis d’observer plusieurs parcelles de l’exploitation en blé, escourgeon, colza... 

Compte tenu de la pandémie de Covid-19, l’Association des salariés d’Eure-et-Loir a dû annuler 3 « rendez-vous cultures » au printemps 2020. Elle s’est donc adaptée en proposant un tour de plaine d’automne avant le bilan de campagne du mois de décembre.

7ème rencontre des tailleurs en Bordelais
Association des salariés agricoles de Gironde

L’Association des salariés agricoles de Gironde a ouvert sa saison 2019/2020 de concours de taille de vigne. C’est au Château Marquis de Vauban, à Blaye, que le 1er concours de cette nouvelle saison de taille a eu lieu. C'est presque devenu un rituel pour les délégations du Calvados, de la Manche, de l’Orne et de l’Aude, que de venir en Gironde pour tailler la vigne le dernier week-end de novembre pour la Rencontre des tailleurs de France en Bordelais. La pluie, qui s’était invitée, n’a pas découragé les 45 participants. La propriétaire du Château, responsable de la partie viticole du domaine, a donné les consignes de taille aux concurrents. Après avoir tiré au sort leur numéro de rang et taillé leurs pieds de vigne, et pendant que le jury appréciait et évaluait le travail de chacun, les concurrents ont découvert l’histoire du château et visité les chais et la cuverie. Ils ont ensuite répondu au questionnaire théorique pour apprécier leurs connaissances en viticulture et prévention des risques. Au-delà de la compétition, rappelons que ces concours de taille visent avant tout à valoriser le savoir-faire des vigneronnes et des vignerons.

 

Fest'Taille : l’art de tailler la vigne
Association des salariés agricoles du Tarn

Fest’Taille valorise les savoir-faire et la technicité des salariés viticoles. L’édition 2019 était coorganisé avec la MSA, les Maisons familiales rurales, l’AGAPEI (l’association de gestion d'établissements et de services pour personnes en situation de handicap mental), et le Domaine Expérimental Viticole du Tarn.

Le vendredi après-midi, les salariés agricoles ont effectué un parcours de découverte du Gaillacois, en visitant le musée inVINcible VIGNEron, les ateliers de montage du fabricant de sécateurs Infaco, avant de terminer ce circuit au domaine Carcenac pour un échange avec le viculteur. A Inéopole Formation, la conférence sur la taille douce s’adressait aux professionnels de la viticulture. Arboriste de formation, l’intervenant propose une nouvelle approche de la taille de la vigne. Son approche, à la fois pratique et scientifique passe par une explication de la physiologie de la plante indispensable à la compréhension des solutions pratiques exposées.

Le samedi, motivés à se retrouver autour des métiers de la vigne, les salariés ont montré leurs savoir-faire et tenté de remporter le Sécateur d’or offert par Bahco. Le domaine expérimental viticole tarnais a accueilli le concours en mettant à disposition une parcelle de vigne pour l’épreuve pratique. Après une présentation du domaine et la transmission des consignes de taille, les concurrents ont taillé dans le respect de la taille Guyot. Les salariés agricoles ont montré leur professionnalisme en respectant la technique imposée pour le concours, en taillant 15 souches et en portant obligatoirement les lunettes de protection et les gants fournis par la MSA. Ensuite, tous les salariés agricoles, candidats ou accompagnateurs ont participé aux ateliers sur la prévention des risques professionnels animés par la MSA. Ce parcours était un passage obligé pour réussir l’épreuve théorique. Les ateliers portaient sur les 5 M (Matériel, Méthode, Milieu, Main-d’œuvre, Matière), les troubles musculosquelettiques, les problématiques du dos et les machines avec les risques liés aux bruits. La MFR de Bel Aspect a accueilli l’épreuve théorique et le déjeuner accompagné des vins offerts par l’interprofession des vins de Gaillac. Cette édition 2019 de Fest’Taille a été remportée par un salarié du domaine René Rieux, travailleur de l’ESAT (Établissement de Service et d’Aide par le Travail).

Des porchers à la pointe de l'actualité
Association des salariés agricoles du Morbihan

Des salariés d’élevages porcins ont échangé avec un vétérinaire et un technicien de coopérative d’éleveurs sur les points clés à surveiller pour gérer l’hyper-prolificité en élevage porcin. Comptez le nombre de porcelets qui tètent sous leur mère ? De plus en plus nombreux. Alors que la truie a entre 14 et 16 tétines, elle peut mettre bas de 15, 20, jusqu’à 30 porcelets. C’est ce que l’on appelle de l’hyper-prolificité. Comment gérer cette situation nouvelle, due à des améliorations génétiques mais aussi techniques, une meilleure technicité et alimentation des animaux. En octobre 2019, l’Association des salariés agricoles du Morbihan avait invité un vétérinaire et un technicien d'Evel’up pour en parler. Les participants à cette réunion ont discuté des conséquences de l’hyper-prolificité. Au-delà de l’augmentation du nombre moyen de porcelets nés vivants par portée, il y a des risques d’augmentation du nombre de mort-nés, d’un poids individuel des porcelets à la naissance plus faible, d’une fatigue prématurée de la truie. Les débats ont aussi tourné autour de l’alimentation de la truie. Ce groupe de porchers (15 à 20) se réunit deux à trois fois par an, en soirée pour échanger sur la technicité de leurs métiers mais aussi pour se rencontrer simplement.

Des postes de salariés agricoles à pourvoir
Association des salariés agricoles d’Eure-et-Loir

Les salariés de la production se sont associés aux partenaires de l’agriculture départementale pour le forum de l’emploi de Chartres. Le but : informer sur les opportunités d’emploi qualifié en exploitations de grandes cultures. Ce forum de l’emploi, en septembre 2019, a accueilli 2000 visiteurs. Daniel Bois, président de l’Association des salariés agricoles d’Eure-et-Loir et élu de la Chambre d’agriculture, est intervenu en début de journée avec un agriculteur employeur, dans le cadre d’une conférence sur le métier, pour un public de demandeurs d’emploi du bassin de Chartres : « Des opportunités d’emploi qualifié sont bien réelles en agriculture, des postes en grandes cultures pour ce qui nous concerne ».
Tout au long de la journée, un espace dédié à l’emploi agricole a également été animé par les différents partenaires du secteur agricole mobilisés et associés pour l’évènement. Cette action groupée est une « première agricole » pour le département. Un message commun porté par l’Association des salariés agricoles, la Chambre d’agriculture, la FDSEA, l’Arefa, le CFPPA de Chartres La Saussaye, l’entreprise de travaux agricoles Belisa.

Travailler en hauteur en toute sécurité
Association des salariés agricoles de l’Aveyron

Lors d’une formation sur les risques de chute de hauteur, des salariés agricoles ont pris conscience des risques d’accidents. Cette journée était organisée sur la ferme du centre de formation de Bernussou, en partenariat avec la MSA Midi-Pyrénées Nord. Le conseiller en prévention des risques professionnels a expliqué que « les chutes de hauteur sont la 3ème cause d’accidents mortels au niveau national, qu’elles représentent 10% des accidents du travail dans le régime agricole ». Sur le secteur de la MSA Midi-Pyrénées Nord (Aveyron, Tarn, Lot et Tarn-et-Garonne », on dénombre 10 accidents mortels depuis 2002 provoqués par des chutes, suite à des interventions sur toiture. Pour Sébastien Issalis, président de l’association des salariés agricoles de l’Aveyron, il est important de sensibiliser les salariés agricoles, mais aussi les agriculteurs aux risques encourus quand on monte sur une échelle ou sur une toiture. Pour le conseiller en prévention de la MSA, « Le salarié sur l’exploitation peut être force de propositions auprès de son employeur et être capable, s’il a repéré des situations de travail à risques, de le signaler pour qu’il y ait une réflexion sur la mise en place d’un moyen de protection adapté ».

Un concours de taille de pommiers
Association des salariés agricoles de l’Orne

Une quinzaine de salariés agricoles s’est retrouvée dans le Pays d’Auge Ornais, chez un producteur de fruits et de cidre. Ce concours organisé dans le cadre du groupement régional de Basse Normandie, se déroule tous les deux ans. Deux épreuves étaient proposées. L’épreuve théorique s’est déroulée le matin en salle. Les 15 questions portaient sur le verger et les arbres (maladie, ravageurs, caractéristiques des fruits) et sur les risques professionnels (utilisation des produits phytosanitaires, troubles musculo-squelettiques). La seconde épreuve se déroulait sur le verger. 3 jurys de 2 spécialistes ont évalué les candidats sur le raisonnement de la taille et son application sur les arbres. Une attention particulière était aussi portée sur la prévention des risques. A noter qu’en plus de salariés agricoles de Normandie, ont participé à cette journée, technique et de promotion des métiers, des salariés de Gironde.

Promouvoir les métiers de la viticulture
Association des salariés agricoles de Loire-Atlantique

9 salariés de l’ESAT Sud-Loire et une cinquantaine d’étudiants en Bac Pro ou BTS au lycée de Briacé ont participé à ce 7ème concours de taille de vigne.

Le 1er mars, l’épreuve pratique s’est déroulée sur une parcelle de Muscadet mise à disposition par l’établissement de formation. Grâce à cet événement, la Chambre d'agriculture de Loire-Atlantique et son pôle formation ont bénéficié d’une initiation à la taille pour des adultes découvrant les différents métiers de l’agriculture. Tous les acteurs présents ont pu échanger sur la viticulture, les matériels de taille, mais aussi la prévention des risques professionnels. Les tailleurs ont constaté qu’il est nécessaire de porter les EPI (équipements de protection individuelle), deux d’entre eux s’étant légèrement blessés durant l’épreuve.

Grâce à ses différents partenaires (Agrica , Bahco, Felco, Infaco, MSA, SVIN...), l’Association des salariés agricole a pu récompenser tous les participants, ainsi que les différents lauréats. Ainsi, Maxime Blet, étudiant en BTS, a décroché le Sécateur d’or, tandis qu’Arnauld Bertrand, salarié de l’ESAT (établissement et service d’aide par le travail) a remporté le Trophée SOLIDEL et terminé 3ème du classement général, juste derrière Charlotte Asseline, la première féminine. Compte tenu de la ferveur des partenaires et de l’intérêt de ce type d’événement pour promouvoir les métiers de la viticulture, l’Association des salariés agricoles de Loire-Atlantique reconduira en 2020 ce concours de taille de vigne en l’élargissant au samedi afin de mobiliser plus de salariés de la production et de son réseau.